Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Histoire / Personnages célèbres / Florent Laurent

Florent Laurent

(1873-1970) - La Bouverie
Ténor, aux palmarès prestigieux - Professeur de chant à l'Institut Communal de Musique de Wasmes - Directeur de Chorales

Natif de la Bouverie, connu sous le surnom de "Rossignol Borain", il fut attiré dès sa plus jeune enfance par la musique, il suivra d'abord des cours de solfège à l'Harmonie de La Bouverie où il débutera en tant que clarinettiste. Par la suite, chanteur dans la Chorale " La Royale Lyrique " toujours à La Bouverie, et sous le conseil de ses amis, il s'inscrivit au Conservatoire de Mons afin d' y étudier le chant. C'est ainsi qu'en 1898, il acquit son premier prix de solfège et chant.
Sa jeunesse ne l'empêcha pas de diriger trois chorales et ce, malgré les vicissitudes de l'époque (peu de ressources), de les amener à s'agrandir et à s'élever.
Il donna des concerts tant dans le Borinage qu'à l'étranger et alla de succès en succès, comme soliste dans bons nombres de programmes.
Chef incontesté, exceptionnel pour les chants d'ensemble, il a su inculquer à tous ceux qu'il dirigeait (souvent pourvus de peu d'instruction) l'amour de la musique et du travail, jusqu'à obtenir de véritables chefs-d'oeuvre d'interprétation.
Il dirigea entre autres : "La Royale Lyrique", "L'Amitié du Peuple", la Chorale de Paturages durant 62 ans et "L'Echo Borain" de La Bouverie.
La guerre de 1914, interrompit ses activités en tant que dirigeant de chorales. Toutefois, évacué en France, il s'associa à plusieurs concerts de charité et chanta, à Paris, dans différentes chapelles, notamment à St-Sulpice, St-Martin, St-Pierre, ...
Il faut savoir aussi qu'il obtint un vif succès en tant que ténor solo à la Madeleine ainsi qu'à la Scala Cantorum dirigée alors par M. Vincent d'Indy.
Sa rencontre avec les plus grands chanteurs de cette époque lui valut de devenir répétiteur à l'Opéra de Paris.
En 1918, et ce malgré sa notoriété, il revint à La Bouverie où il reprit la direction d'une chorale qu'il fit participer à différents concours aussi bien en France qu'en Belgique avec qui il remporta de nombreux prix (1er Prix, d'Honneur, d'Excellence, …). Il fut d'ailleurs reçu en 1930, après le Concours international de la Ville de Tournai par le Mayeur Haniquelle et les autorités de La Bouverie, qui lui firent éloge ainsi qu'aux membres de la chorale "L'Echo Borain" avec qui il avait concouru.
Il reçu également les honneurs des plus hautes personnalités de Belgique (titulaire de : Chevalier de l'ordre de la Couronne, Chevalier de l'ordre de Léopold, Officier de l'ordre de Léopold) et la France lui décerna la Médaille d'Honneur de la Fédération des Sociétés Musicales du Nord et du Pas-de-Calais).
Avec un courage inégalé (devenu aphone des suites d'une opération au larynx en mai 1933, il avait alors 60 ans), il repris ses fonctions de chef jusqu'à l'âge de 85 ans.
Il faut savoir aussi qu'à 95 ans, ce "Bouverisois "hors du commun, lors d'une cérémonie d'hommage en son honneur, se mêla aux chanteurs pour diriger le final de "Germinal".
A La Bouverie, la rue ou il est né porte son nom et une plaque commémorative, placée sur la façade de l'immeuble n°5, stipule : "Ici est né Florent Laurent, Chef prestigieux de chorale".